Yakuza zéro un jeu énorme

Ce jeu vidéo de genre action aventure édité par Sega est sorti sur PS4 le 24 janvier 2017 en Europe et en Amérique. Mais sa commercialisation dans l’archipel nippon date déjà du mois de mars 2015. L’évènement se passant dans cet opus se déroule avant les histoires dépeintes dans la version Yakuza de 1988.

Présentation du jeu

La saga plonge le joueur dans la Japon des années 80, une période très propice pour la mafia japonaise. Il aurait à incarner Kazuma Kiryu, un membre de gang accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. De l’autre côté, un responsable d’un cabaret rentable, Gorô majima aurait à résoudre un dilemne : assassiner quelqu’un pour lui permettre de réintégrer le clan des Yakuzas au sein duquel il est chassé ou développer son commerce.

Critique du jeu

Le bond de 20 ans dans le passé apporte un coup de jeune à l’histoire avant la probable arrivée d’un sixième volet. Ce jeu porte bien son nom car on revient ici à la source de la fiction des deux figures importantes de la saga : Kazuma Kiryu et Gorô majima. Bien qu’il sente le recyclage avec un moteur vieillot, le style épique avec la sensation très immersive du jeu reste toujours conservé. Et cela grâce à des personnages charismatiques, une modélisation des visages impressionnante et un système de combats acharnés, nerveux et truffés de subtilités. Ici, le joueur peut choisir le style de combat classique, rapide ou bestial aux poings ou à l’arme blanche. L’opus à l’ambiance travaillée fait également ressortir une mise en scène très aboutie et une écriture de qualité. Notons que le jeu en japonais présente également des sous-titres en anglais.

A la différence des autres franchises, l’éditeur a cru bon de réduire le nombre des personnages à incarner ainsi que les lieux disponibles. Yakuza zéro concentre ainsi son intrigue autour des deux personnages du jeu. Dans les autres séries, en effet, le joueur rentrera dans la peau de plusieurs personnages et ce avec plusieurs points de vue. A la fin, le destin de ces protagonistes finit par se rencontrer. Le développeur a aussi choisi d’offrir une ambiance visuelle plus vivante même dans les simples actions comme le parcours des rues d’Osaka et de Tokyo. Il joue également la carte d’originalité à travers les décors pertinents comme les cabines téléphoniques, les discothèques bariolées, les volutes de fumée, les coupes de cheveux irréalistes mais sensationnels … Ce travail sur le décor est réellement bluffant surtout sur la qualité du rendu des visages. Sinon, au fur et à mesure que le récit progresse, on a droit à des promenades, des combats, ainsi qu’une centaine de quêtes annexes et des mini-jeux. On retrouve quelques styles de combat comme la capoeira, l’arme… mais ils paraissent un peu désordonnés quelquefois à cause d’une caméra capricieuse. On déplore aussi quelques limites techniques du jeu lors des collisions où on peut apercevoir des textures peu réussies. Enfin, le joueur peut aussi par exemple sauver une fille d’une dérive sectaire dans les nombreuses quêtes, ou faire un mini-jeu de karaoke ou faire une tournée en boîte… Cela apporte un petit divertissement dans le scénario sombre.

yakuza-0-avis-test